CONFÉRENCES 

"FLÛTES DU MONDE"

C'est lors de conférences jouées que je propose une découverte de la flûte en tant que prototype instrumental poly-culturel. 
En effet, la flûte est l’un des rares instruments de musique  présent dans pratiquement toutes les cultures humaines. Elle est aussi l’un des objets sonores les plus anciens; la flûte était déjà utilisée à la préhistoire (ex. grotte d’Izturitz, dans l’actuel Pays basque). 
Malgré sa diversité, le principe acoustique de la flûte reste le même : le contact entre un jet d’air et un biseau entraîne une onde aérienne qui s'amplifie à l’intérieur d’un résonateur. La richesse de l’instrument vient en grande partie de la manière dont l’air entre en contact avec le biseau; s’il est porté par un conduit faisant partie de l’instrument (ex. flûte à bec...) ou bien s’il est envoyé directement par les lèvres du musicien (ex. flûte traversière...). Les embouchures s'avèrent alors très différentes d’une flûte à l’autre.


Flûte traversière bansuri (Inde du Nord) 

Le résonateur est aussi important et fait que certaines flûtes peuvent se différencier les unes des autres autant qu' un violon d'un luth... on pense à la flûte à bec (un tuyau), à la flûte de Pan (plusieurs tuyaux) ou bien à l’ocarina (forme globulaire).
Enfin, les matériaux utilisés sont très différents d’un instrument à l’autre. Si le bois, le métal, et le plastique semblent être les plus répandus, il se fait toujours des flûtes en os, en terre cuite, en tige végétale (ombellifère), en roseau, en bambou, en écorce et même en pierre...
Finalement reste encore à élucider le facteur le plus complexe, celui du jeu humain, et donc, de la musique elle-même. L’énorme diversité de techniques de souffle (émission) et de doigté (traitement mélodique) font que l’on peut rarement déterminer à priori le potentiel sonore et la musique jouée par une flûte à moins de l’entendre jouer, seul moyen de découvrir la culture sonore à laquelle appartient l’instrument.

 
Flûte à encoche xiao (Chine)

Flûtes du Monde jouées par Léonardo Garcia : Ordre par aire géographique.
 
Europe
Duduk, flûte à bloc, Bulgarie (bois)
Si son nom évoque le célèbre hautbois caucasien, il s’agit ici d’une flûte à bloc ayant le biseau placé sur la face postérieure du tuyau. Cet emplacement permet une technique de jeu favorisant l'émission du registre "grave".
 
Dvoyanka, flûte à bloc double, Bulgarie (bois)
Cette flûte double d’origine pastorale est composée d’un tuyau mélodique pourvu de trous de jeu et d’un tuyau bourdon, principe musical qui la rapproche de la cornemuse.
 
-Dvonijce, flûte à bloc double, Serbie (bois)
Différente de la précédente, cette flûte comporte deux tuyaux mélodiques (avec trous de jeu), rendant ainsi possible une polyphonie à deux voix. 

- Flûte traversière Boehm, Europe et monde (métaux divers)
Bien qu’au départ conçue pour la musique savante occidentale, cet instrument a réussi à percer les frontières entre savant et populaire. Elle apparaît aujourd’hui jouée partout dans le monde dans les répertoires les plus divers et avec les techniques les plus étonnantes.
 
Kaval, flûte à embouchure biseautée, Bulgarie (bois et corne) - Grèce (métal)
Le kaval se trouve de la Turquie à l’Albanie. D’origine pastorale, cette flûte en trois parties est devenue en Bulgarie “ l’instrument national ” à partir des années 1950. En Grèce, comme en Albanie, elle est construite en métal parfois par les mêmes forgerons qui fournissent les bergers des cloches et autres outils spécifiques au pastoralisme.
 
Tilinca, flûte à embouchure biseautée et sans trou de jeu, Roumanie (plastique)
Ce modèle en PVC imite la flûte saisonnière en tige végétale que l’on joue avec l’index en bouchant et débouchant l’extrémité du tuyau. Son jeu est très virtuose malgré la simplicité apparente de l’instrument.
 
- Ocarina, flûte globulaire naviforme, Italie (terre cuite)
Si le nom ocarina est d’origine italienne, il désigne aujourd'hui une grande famille de flûtes que l’on trouve en fait à travers le monde, celle des "flûtes globulaires".

 
 Flûtes doubles dvojanka (Bulgarie) et dvonijce (Serbie)

Amériques
 Kena, flûte à encoche, Chili (roseau, bois)
Flûtes à encoche qui existent aussi dans différente taille, elles sont utilisées autant dans les musiques d’origine rurale et communautaire que dans la tradition urbaine.
 
Kena archéologique, flûte à encoche, Pérou (os)
Si ce fac-similé d’une kena précolombienne de la culture Nasca reste une énigme d’une civilisation disparue avant l’Empire Inca, elle témoigne aussi de large présence des flûtes à encoche dans les Andes anciens.
 
- Ocarina archéologique, Chili (poterie ronde)
Un autre fac-similé d’une pièce précolombienne diaguita, culture qui se démarque par sa maîtrise du travail de la poterie.
 
Siku, flûte de Pan, Bolivie (roseau)
Deux rangs de tubes complémentaires qui permettent le jeu bipolaire qui caractérise en grande partie les répertoires rituels dans l’aire andine. Dans sa version urbaine, les deux rangs du siku peuvent être joués par un même musicien.
 
Rondador, flûte de Pan, Équateur (roseau)
À la différence du siku, il s’agit ici d’un instrument essentiellement soliste et caractérisé par un jeu consistant à souffler sur deux ou plus de tuyaux à la fois, créant ainsi des mélodies parallèles et un tissu quasiment polyphonique.
 
Tarka, flûte rectangulaire à bec, Bolivie (bois)
Flûtes de volume acoustique et de timbre particulièrement impressionnant utilisées pour les musiques rituelles estivales. Elles peuvent se jouer par paire ou en solo, presque toujours à côté des tambours.

 
 
 Flûtes "à bec" tarka (Bolivie) - Détail de l'embouchure 

Afrique du Nord et Moyen Orient
Caval, flûte à bloc, Turquie (bois, corne)
Cette flûte en bois est liée au répertoire pastoral en Anatolie. Tout comme le duduk bulgare, elle fait usage d’une technique d’embouchure qui permet l’obtention de graves très puissants.
 
Gasba, flûte à embouchure biseautée, Algérie - Maroc (roseau)
Instrument utilisé par des confréries religieuses mais aussi dans les musiques populaires, cette flûte se joue avec la technique du souffle continu et possède un timbre “rauque” qui frappe vue la délicatesse du tuyau.
 
Ney, flûte à embouchure biseautée munie d’un embout, Turquie (roseau, corne)
Le ney turc est l’instrument sacré des Derviches tourneurs soufi disciples de Mevlana, mais s’utilise aussi dans la musique classique ottomane.
 
Ney, flûte à embouchure biseautée à technique dentale, Iran (roseau, métal)
Le ney persan présente une technique de jeu impressionnante par rapport aux deux spécimens précédents puisqu’il nécessite d’employer les dents pour être joué. Si cette flûte appartient exclusivement au répertoire classique persan d’autres types analogues s’emploient à travers l’Asie Centrale et la Sibérie.

 
 
Embouchures des flûtes "obliques" - kaval (Grèce), tilinca (Roumanie), ney (Turquie), ney (Iran)

Asie et Océanie
Bansuri, flûte traversière, Inde du Nord (roseau)
Cet instrument est utilisé dans la tradition classique hindoustani. Pour jouer les modes différents des rags, on bouche à demi certains trous de jeu. Son timbre est particulièrement “ rond ” et “ doux ”.
 
Xiao, flûte à encoche, Chine (bambou) 
Instrument lié autant aux traditions classiques que populaires, le xiao est une flûte à morphologie étonnante, ayant une « encoche intérieure » et à trous d’harmonie, des particularités qui favorisent son insertion dans un contexte intimiste.
 
Dizi, flûte traversière à mirliton, Chine (bambou)
Les flûtes traversières à mirliton (membrane qui "altère" le timbre de l’instrument) sont une spécificité propre à l’Extrême-Orient. Ainsi, le hanso d’Okinawa, au Japon, et le taegum de Corée sont des flûtes appartenant à cette même catégorie.
 
Xun, flûte globulaire, Chine (poterie ovoïde)
L’usage de cette flûte apparaît lié à l’ancienne musique de cour et aussi apparenté au hun coréen. Son usage témoigne de la présence globale des flûtes globulaires dans l’humanité.
 
Shakuachi, flûte à encoche, Japon (bambou)
Liée pendant des siècles au Bouddhisme Zen, cette flûte possède une étonnante richesse de timbre, associé au répertoire en solo ou de chambre (avec la vièle shamisen et la cithare sur cadre koto). Beaucoup de compositeurs contemporains ont écrit pour elle.
 
Suling, flûte à bandeau, Indonésie (roseau)
Cette flûte relève autant de la pratique musicale savante (Gamelan) que de celle des musiques locales (Toraja, à Célèbes). Son originalité renvoie autant à sa morphologie, de par l’usage d’une tige qui matérialise le conduit à air aménagé, qu’à ses étonnantes techniques de jeu, de par à l’utilisation du souffle continu et de l’exploration des partiels aigus. 

 
Embouchures flûtes "traversières" - bansuri (Inde du Nord) et flûte Boehm

- Langues : Français, Anglais, Espagnol.
- Public : En principe 40 personnes maximum.
- Durée de l’exposé :
Formule courte - 20 min. + Le temps des questions et de dialogue avec le public.
Formule longue – 50 min. + Le temps des questions et de dialogue avec le public.


 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement